Bâtir pour le climat

L’approche Bâtiment Bas Carbone de Saint-Gobain 

L’approche Bâtiment Bas Carbone de Saint-Gobain

Face au défi du changement climatique et aux risques liés à l’augmentation moyenne des températures, Saint-Gobain entend favoriser l’émergence d’une économie à faible émission de carbone. Car l’urgence climatique est déjà là, nous poussant à mener toutes les actions nécessaires pour la construction neuve mais également et surtout pour le parc de bâtiments existants à rénover. En effet, en France, le secteur du bâtiment représente 43% des consommations énergétiques et génère 23% des émissions de gaz à effet de serre. C’est donc un secteur clé sur lequel agir pour remplir les objectifs de la Stratégie Nationale Bas Carbone du pays.

Concrètement, pour Saint-Gobain l’enjeu est double : aider nos clients à réduire leurs émissions de CO2 par l’utilisation de nos produits et solutions, et réduire l’impact environnemental de ces solutions. Sur ce second aspect, le groupe Saint-Gobain a pris un engagement fort, puisqu’il vise un objectif net zéro carbone à l’horizon 2050 sans compensation. Cette volonté se traduit dans l’ensemble des décisions stratégiques et dans les solutions développées aussi bien par les marques industrielles que par les enseignes de distribution du groupe, dont vous pourrez trouver ici quelques exemples. En route vers des bâtiments plus durables et bas carbone ! 

C’est quoi, un bâtiment bas carbone  ? 

Bien qu’il n’y ait pas de définition officielle de la construction bas carbone ou d’un bâtiment bas carbone, quelques idées fortes fédèrent les orientations. 
 En construction neuve, la Réglementation Environnementale RE 2020 affiche 3 enjeux majeurs : 
- Poursuivre l’amélioration de la sobriété énergétique et de la performance énergétique, en utilisant des énergies moins carbonées 
- Diminuer l’impact carbone des bâtiments neufs 
- Limiter l’inconfort estival dans ces bâtiments neufs. 

En s’intéressant à l’impact carbone des énergies et des solutions constructives utilisées tout au long de la vie du bâtiment, la RE 2020 donne le cadre minimal à respecter. Ainsi un bâtiment bas carbone peut se définir comme un bâtiment qui vise à réduire ses émissions de gaz à effet de serre à travers plusieurs axes dont notamment : la conception d’un bâtiment bioclimatique et sobre en ressources, les choix techniques de produits de construction qui le composent, le choix des vecteurs d’approvisionnement énergétique, l’optimisation du chantier, la sobriété de ses consommations énergétiques en exploitation. Tous ces leviers doivent être optimisés de concert pour construire un bâtiment neuf bas carbone.

Pour le parc existant, l’enjeu est encore plus prégnant et les priorités sensiblement différentes. 
 Avec 37 millions de logements déjà construit, dont 7,2 millions de passoires thermiques, à rénover au niveau bâtiment à basse consommation en moyenne d’ici 2050, il s’agit de déployer rapidement et massivement la rénovation énergétique performante. Sur le parc de logements existant, les émissions de gaz à effet de serre sont liées pour près de 80% aux consommations d’énergie pour le chauffage.  

C’est donc cette priorité qu’il faut traiter. Ainsi une rénovation se doit d’être complète et performante pour limiter les déperditions énergétiques en isolant notamment la toiture, le sol et les murs, mais aussi en remplaçant les menuiseries, et en mettant en place des équipements de ventilation et de production d’énergie à la fois performants et utilisant une énergie décarbonée.

Saint-Gobain, en tant que leader de l’habitat durable, a donc toute sa place à jouer pour accompagner et accélérer la transition du secteur du bâtiment.  
 
L’objectif « Net-zéro carbone » de Saint-Gobain 

L’atténuation du changement climatique passe par la décarbonation de nos économies. L’objectif est simple : d’ici 2050, nous ne devons pas émettre plis de carbone que nous n’en absorbons. Nous devons être neutres en carbone.

Saint-Gobain a pris cet engagement en septembre 2019, et a notamment signé l’engagement « Business Ambition for 1,5°C » du Pacte mondial des Nations-Unies. Pour atteindre la neutralité carbone, le groupe a construit une feuille de route détaillée intégrant nos engagements en termes de réduction de nos émissions directes et indirectes mais aussi des émissions le long de notre chaine de valeur.    

Quels outils pour évaluer l’impact carbone des solutions  ?

Toute allégation environnementale doit être précise, explicite et justifiée. A ce titre, pour les produits et systèmes du bâtiment, les Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaires (FDES) constituent les documents de référence pour évaluer et justifier des impacts, dont l’impact carbone. Ces FDES sont conformes à la norme européenne consacrée et sont systématiquement vérifiées par tierce partie avant d’être mises en ligne sur la base de données de référence, la base INIES, permettant un accès public à leur contenu.

Saint-Gobain produit ou met à jour entre 20 et 40 FDES par mois. Un engagement exemplaire et de longue date pour conduire le marché sur la voie de l’évaluation et de la compréhension des impacts environnementaux.

Par ailleurs, l’impact carbone d’un produit ou d’une solution est indissociable de l’usage qui en est fait et de son impact au sein d’un bâtiment. C’est en ce sens qu’a été développée la RE2020, imposant de réaliser des analyses à l’échelle de bâtiments complets, sur l’ensemble de leur cycle de vie.

Quelques exemples de solutions et de services proposés par le groupe pour développer les bâtiments bas carbone 

L’ensemble des filiales du groupe Saint-Gobain s’engage pour proposer sur le marché des solutions de plus en plus décarbonées. 
Les priorités d’investissement traitent notamment : 
- De la réduction des contenus carbone des produits et systèmes existants, 
- Du développement de nouvelles solutions plus décarbonées, notamment issues de matières recyclées, renouvelables, biosourcées ou géosourcées, 
- Du développement de nouveaux systèmes constructifs sobres en carbone, alliant légèreté et démontabilité, 
- Du développement de services de logistiques bas carbone.  

Autant d’opportunités d’innovation pour s’adapter aux demandes du marché et aux besoins des clients. Les quelques exemples suivants illustrent ces innovations. 
Concernant les façades de bâtiments, Saint-Gobain Glass a mis sur le marché Oraé®, une nouvelle gamme de verre dont l’empreinte carbone est la plus faible au monde. En effet son empreinte est estimée à seulement 7 kg CO2/m² (pour un substrat de 4 mm), soit une réduction d’environ 40% par rapport à la valeur moyenne européenne des produits de Saint-Gobain Glass. Et ceci sans aucun compromis sur les performances techniques, l’esthétique ou la qualité des produits. Cette nouvelle solution est rendue possible notamment par l’intégration d’une part majoritaire de déchets de verre dans la matière première utilisée. 

Par ailleurs, Saint-Gobain développe des solutions de façade légère et bas carbone, telles que la façade F4, ou des systèmes de façade légère en bois. 
En matière de structure, Saint-Gobain propose, via l’enseigne de distribution Point.P, la gamme de béton prêt à l’emploi Ultibat® Green. Cette gamme intègre désormais des produits aux propriétés et performances environnementales, permettant de réduire jusqu’à 35% l’impact carbone d’un ouvrage. 
Toujours pour décarboner la structure des bâtiments, Chryso propose la solution EnviroMix®, la première offre globale de solutions d’adjuvantation et de services pour les bétons bas carbone. 

Par ailleurs, Saint-Gobain développe de nouveaux systèmes constructifs intégrant de la terre, via son programme « Construire en terre » dans l’optique de proposer de nouvelles solutions à la fois géosourcées et bas carbone. 
Concernant le second œuvre, Placo® Infini 13 est la première plaque de plâtre au monde fabriquée à partir de plus de 50% de plâtre recyclé. Placo® commercialisera cette nouvelle solution dès le début 2023. 
En matière d’isolation thermique et acoustique, Isover et Isonat proposent des solutions d’isolation aux performances environnementales optimisées, intégrant des matières premières en grande partie issues de recyclage ou de matériaux biosourcés. Weber propose des systèmes d’isolation thermique par l’extérieur avec une large palette d’isolants à haute performance, PSE, laine de roche et de verre, liège expansé ou encore fibres de bois. 
En terme de services, Saint-Gobain travaille notamment à la réduction de l’impact des transports de matériaux. C’est notamment le cas de la logistique de livraison fluviale mise en place pour les chantiers des JO Paris 2024 ou encore des investissement dans des moyens de transports routiers décarbonés.